Petit bonheur numéro trois cent cinquante quatre : l’odeur du sapin de Noël

Ce petit bonheur là chatouille les aiguilles…

Le sacrilège serait de mettre un arbre en plastique. Un de ces trucs plus ou moins poussiéreux qu’on sort du carton puis du sac en plastique et qu’on déplie patiemment. Une branche après l’autre.

Certains hurlent déjà que c’est plus prudent, ca flambe moins vite, et que ça sauve la planète. Mais est ce la vérité ?

Et puis ça perd pas ses aiguilles.

Qu’importe s’il faut passer le balais. Qu’importe s’il faut replanter l’arbre au fond du jardin ou bien le faire broyer sur la place du village pour mettre ensuite dans le jardin.

Le sapin trône magnifique dans le salon. Il brille de toutes ses forces, au beau milieu d’un joli capharnaüm de cartons, de guirlandes, de boules dans leur papier protecteur, de santons et de figurines faites main.

Il s’habille pour la fête sur fond de chants de Noël crachotés par les baffles. Ca chahute, ça rigole, ça hésite à déjà y déposer des chaussures en dessous.

Et puis surtout, ça sent bon. Ca sent l’herbe et les forêts, ça sent les sentiers humides et le grand air.

Ca sent Noël. Et c’est un vrai petit bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s