Petit bonheur numéro trois cent cinquante deux : manger le crouton du pain

Ce petit bonheur là joue les souris.

C’est un réflexe. C’est une envie irrépressible -alors pourquoi la réprimer ? – à peine sortie de la boulangerie. Surtout quand le pain est chaud. Quand il sent bon la mie tiède et la croute craquante.

On attend tout de même d’avoir payer, que la boulangère ait emballé le pain dans son papier. Puis on passe la porte, on écoute le carillon tinter au loin. La marche. Le coin de la rue. Et hop. La baguette est entamée. Impossible de cacher le méfait. Alors, quitte à se faire prendre, on savoure ce petit talon, ce petit bout de paradis moelleux qui fond dans la bouche.

Un vrai petit bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s