Petit bonheur numéro trois cent vingt sept : le pot au feu à la crémaillière

Ce petit bonheur là est ancestral.

Dans toutes les histoires pour enfant, il y a une vraie maison. Toutes les vraies maisons s’appellent alors des foyers. Dans toutes les vraies maisons des histoires pour enfants, il y a un feu de bois.

Dans la cheminée, ce matin, on a allumé le feu. On a mis les buches, les pommes de pin et la cagette. Ca sent très vite la fumée, le bois se fend et craque. Les braises rougissent et l’on dévore les tartines autour de la table basse, devant le feu qui crépite.

Puis, dans la cuisine, on avait épluché les carottes, les pommes de terre, les navets. Le poireau a été rincé à grande eau. On a mis aussi des oignons et puis du bouillon et de beaux morceaux de viande de boeuf. Un os à moelle. Hop, dans la marmite.

La vraie marmite. Celle des contes. Une grosse marmite de fonte noire digne d’un conte de sorcière.

La marmite s’accroche comme dans les contes à la crémaillère, sous le feu qui crépite. Très vite, la fonte chauffe et brule.

Tout l’après midi, on s’est relayé pour touiller avec la grande cuiller en bois. On a gouté parfois le jus, corrigé l’assaisonnement.

Et le soir, comme dans les contes, la tablée au grand complet s’installe les coudes sur la table, une cuiller main gauche et une fourchette main droite. Ou bien l’inverse. Et la tablée savoure la viande fondante, le jus parfumé et se réchauffe le corps, le dos au feu de bois.  Un vrai petit bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s