Petit bonheur numéro trois cent vingt : le palais des glaces

Ce petit bonheur là a foncé tête baissée dans un miroir.

Le ticket à la main, on s’engouffre sans réfléchir. Au début, tout est simple. Mais passé trois mètres, à tâtons au milieu d’un monde de verre, les mains cherchent, les fronts se cognent.

A gauche, une vitre. A droite une autre. Il faut aller tout droit. Le labyrinthe de glace emprisonne peu à peu. Les murs semblent bouger. Plus d’orientation qui tienne. Juste des trompe l’oeil, des chimères.

Soudain, tout autour, des mondes qui tournent. On se voit en grand, tout mince. Et puis en petit, tout gros. En très large, en très fin, le visage bouffie, le visage émacié.

Dehors, le soleil brille. La lumière joue sur les vitres. Des centaines de nous nous regardent, penchées sur notre épaule, dans un jeu de miroir. Le monde à l’infini. Des nous qui nous ressemblent. Des nous qui nous diffèrent.

Tout à coup, les yeux distinguent sur la dernière image, sur le nous numéro cent vingt trois, un semblant de porte dans notre dos. Sans réfléchir, les pieds se jettent en avant, les mains retournent dans les poches. VLAN. La bosse pousse sur le front.

Trois glaces plus loin, le monde libre. La fin du palais des glaces. Un vrai petit bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s