Petit bonheur numéro trois cent quatorze : se lâcher sur la musique

Ce petit bonheur danse en cachette.

Tout commence quand, sournoisement, alors qu’on est seul(e) dans la salle de bain. La radio qui crachotait d’affreuses informations se met soudain à tressaillir joyeusement. Dans la douche, un popotin se trémousse en rythme. Un coup de hanche à gauche, un autre à droite. Le pommeau devient soudain micro.

Une jambe, puis l’autre, défilent sur le tapis de bain. Dans le miroir, une silhouette balance sa tête de gauche à droite, enchaîne les chorégraphies, enfile son jean et son pull, se coiffe avec les doigts et sort, le poste de radio à l’épaule.

Dans la cuisine, alors que nous sommes toujours seul(e), la radio continue de lancer sur les ondes les airs qui obligent le corps à jouer avec la musique. Les mains sur les hanches, la cuiller en bois pour micro, les bras qui font des moulinets puis les jambes entament un madison.

Sournoisement, l’index monte le son. Ca bouge de plus en plus. Le corps se libère, la tête se vide, le monde devient un rythme, un coeur qui bat et une main qui marque le tempo, une chamade pour que le corps se rende. Terre à terre, vie à vie. Jusqu’à ce que…

Soudain…

Dans un virevolta, dans un tournebouler, une tête hilare qui nous observe dans un coin de porte. Un sourire mi moqueur mi complice. Nous voilà saisi(e) dans notre vérité. Une parcelle de nous mise à nue. Un vrai petit bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s