Petit bonheur numéro trois cent dix : inventer une histoire

Ce petit bonheur manie imparfait et passé simple.

Il est des histoires que l’on invente pour arranger un présent un peu encombrant. Non, je n’ai pas rayé la voiture, je l’ai retrouvée comme cela. Non, je n’ai pas oublié d’acheter du pain, le boulanger n’en avait plus. Non, je n’ai pas oublié de payer les impôts, mon chèque a dû se perdre. Non, Monsieur l’agent, je ne téléphonais pas, j’étais juste en train de me recoiffer…

Ces histoires là sont des prétextes pour éviter les gros yeux, des mensonges jetés en pâture pour se dédouaner, et rester encore un peu enfant un instant.

Il est des histoires que l’on raconte en toute bonne foi. Des alibis tant répétés qu’on a fini par y croire.

Et puis il est des histoires qu’on murmure le soir, dans un demi sommeil, pour endormir les enfants. Des affaires de mousquetaires, chevauchant vers l’Angleterre, pour sauver la reine. Des histoires de renards, réunis en confrérie, pour déjouer les pièges du voisins et dévorer les poules, mais qui perdent à chaque fois, tant la volaille est futée. Des histoires d’Ours polaire, perdu sur la banquise, qui dérive jusqu’en Afrique et doit retrouver son chemin. Des histoires de chevaliers et de princesse, des histoires d’enfants plus malins que les grands, des histoires de jungle sauvage et de trésors à découvrir en s’alliant avec les Mayas. Dans le noir, les yeux des enfants s’équarquillent. Ils réclament un détail, un épisode de plus. La voix s’arrête, réfléchit, improvise dans ce récit construit de toute pièce. La petite main cherche celle de Maman sous la couverture. D’une voix assoupie, l’enfant demande si le chevalier porte une armure, si l’Ours a une tache noire sur le museau, si les mousquetaires ont vraiment traversé la mer sur un radeau, si les Mayas vivaient vraiment en pagne. La petite voix construit un monde, et s’endort loin du petit lit, bercé par l’histoire qu’il faudra continuer demain, en y ajoutant de nouveaux détails, en inventant de nouveaux épisodes, des formules magiques et des enfants malins.

Un vrai petit bonheur.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s