Petit bonheur numéro deux cent soixante dix : chercher un mot dans le dictionnaire

Ce petit bonheur là hésite sur l’orthographe.

Il est des plaisirs un peu désuets aujourd’hui. Celui de soulever le lourd dictionnaire et de le poser sur la table du salon en est un.

Beaucoup ont oublié le premier mot qu’ils ont dû y chercher. Il se trouve que Mademoiselle s’en souvient très bien. C’était en CE2, la maîtresse avait inscrit Petit Robert Junior dans la liste des fournitures. Trois jours après la rentrée, elle avait demandé à chacun d’ouvrir le livre sur son bureau, d’aller à la lettre B. Et d’y trouver le mot « Bref ». Comme Pépin le Bref. Mademoiselle avait alors découvert le sens de ce mot que Maman employait si souvent quand elle racontait à table sa journée de travail, une phrase sur deux invariablement ponctuée du fameux « Bref, tu vois ce que je veux dire« .

Mademoiselle ne voyait pas. Mais comme Maman s’adressait à Papa, Mademoiselle plongeait le nez dans la soupe et avalait bruyamment le liquide chaud, en se demandant vaguement pourquoi Maman appelait Papa Bref. Comme Pepin le Bref. Peut être y avait il une lointaine parenté.

En lisant la définition du mot Bref, Mademoiselle avait compris qu’elle n’avait pas de sang de Charlemagne en elle. Elle en avait été un peu déçue.

Souvent, chercher dans le dictionnaire amène à se réciter l’alphabet.

« M, n, o, p… P. Nous y voilà.  »

Chercher dans le dictionnaire, c’est être curieux. Et patient. Et avoir quelques notions d’orthographe. Dans son classement précis, le livre n’a pas de place pour les erreurs grossières. Tout juste admet il quelque fois une double acceptation, auquel cas, il exige une variation légère du sens. Fantasme ou phantasme. Tout dépend de l’objet.

Mademoiselle tourne les pages. C. Co. Cocc. Coccide, coccinelle, coccus. Ca ne va pas.

Coqu alors.

O, p, q.

Coque. Coquecigrue. Nous y voilà.

« n.f. 1534. peut être de coq grue croisé avec cigogne ». Autant dire que le dictionnaire lui même n’en sait rien. Il n’était pas là, quand, en 1534, quelqu’un s’était écrié en regardant un coq à trois pattes : « Oh! Quelle coquecigrue! »

« Coquecigrue. Baliverne, absurdité. »

Tiens, mais d’où vient baliverne. B. A. Bali. Baliveau. Baliverne.

« Peut être de deverbal baliverner. 1470. » On a donc dis des balivernes avant de dire des coquecigrues.

Un vrai petit bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s