Petit bonheur numéro deux cent quarante sept : attraper son ombre

Ce petit bonheur là joue au chat et à la souris.

Elle est là. Toujours là. Toujours collée à nos bottes. Elle nous suit à la trace, incapable de vivre sa vie seule.

On se retourne et hop, la voilà. On fait comme si elle n’était pas là, mais elle n’échappe à personne. Chacun la sienne.

Certains la voit comme un fardeau. Certains la trainent comme un boulet. Certains flirtent avec.

Mademoiselle marche. Sur le mur, sa silhouette la suit. Mademoiselle se retourne. L’ombre fait de même.

Mademoiselle s’amuse de ce petit jeu. Comme autrefois, comme gamine. Sa part d’ombre, Mademoiselle tente de l’apprivoiser. Elle voudrait la connaitre, elle voudrait y faire la lumière. Mais elle veut aussi la garder contre elle, secrète. Mademoiselle n’attrapera jamais son ombre. Personne n’y arrive. Mais elle l’apprivoise, elle la frôle, elle s’y glisse. Elle voudrait s’y réfugier parfois, elle voudrait qu’elle n’existe pas souvent.

Le long du mur, Mademoiselle croise un chat. Lui aussi ballade son double. Et c’est un vrai petit bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s