Petit bonheur numéro deux cent quarante trois : regarder les nuages

Ce petit bonheur là se demande bien combien il y a de litres d’eau tout là haut.

Allongés sur la couverture, main dans la main, Monsieur et Mademoiselle font glisser leur lunette de soleil sur le nez. Le ciel est bleu, d’un bleu de fin d’été. Les ombres des arbres terminent de s’étendre, conquérant peu à peu l’ensemble du jardin. Des moutons blancs paissent tranquillement dans le champs bleu. Mademoiselle les regarde défiler.

« Tiens, celui là, à gauche du chêne, tu le vois?

« Oui

« On dirait un bébé éléphant

« Bof »

Monsieur n’est pas convaincu.

« Et celui à côté, c’est dingue, on dirait un arbre »

Monsieur hausse les épaules.

« Et là, un chien, attends, il se déforme, plutôt un noeud papillon maintenant »

Mademoiselle fait travailler son imagination, faisant défiler sur l’écran bleu tout un bestiaire, tout un imagier. Tête en l’air, perdue dans les nuages, elle invente des intentions à la nature. Monsieur, les pieds sur terre, la tête sur les épaules, se demande plutôt si celui qui projette son ombre lourde sur la couverture est un cumulus ou un cumulonimbus. Il se demande combien de gouttes d’eau attendent là haut le signal pour se déverser sur un coin de jardin. Il se demande comment les nuages apparaissent et disparaissent. Si les nuages partent en vacances. Si les nuages font parfois le tour du monde avant de se crever au dessus d’un village. Si l’eau qui tombe vient parfois du Guatemala.

Un vrai petit bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s