Petit bonheur numéro deux cent trente trois : aller au parc animalier

Ce petit bonheur là cherche encore si le zèbre est noir sur fond blanc ou blanc sur fond noir.

Charlotte insistait depuis des mois. Alors pour cette dernière semaine de vacances, Mademoiselle et Monsieur sont passés chercher prendre la petite nièce. Dans la voiture, en route vers le parc, Charlotte trépigne en enchainant tous les tubes de sa compil personnelle. Mademoiselle tente de la faire taire en la gavant de biscuits et de bonbons. Monsieur tente un « elle ne va rien manger à midi » mais Mademoiselle réplique « Pfff… C’est pas la nôtre, c’est pas grave ».

A l’entrée du parc, Mademoiselle récupère un plan, paie les trois billets, et prévient Charlotte.

« La première partie, c’est Safari. On n’a pas le droit d’ouvrir les vitres et encore moins de descendre de voitures. D’accord? »

Charlotte s’émerveille devant les chameaux, les zèbres au milieu de la route, les autruches qui se baladent à côté de la portière. Elle applaudit de bon coeur devant les girafes, cherche des yeux les hippopotames planqués au fond de l’étang. Monsieur fredonne

«  Le long du cou de la girafe je glisse

arrive en bas ha ha
L’éléphant me hisse

L’hippopotame me fait voir toutes ses dents
A moi Toco le Toucan
Avec l’autruche quand je cours c’est amusant
et sur le chameau quel toboggan  »

Charlotte se marre, Mademoiselle fait des photos de la petite fille, pliée de rire à l’arrière.

Plus loin, c’est le parc aux ours. Charlotte appelle Baloo à pleins poumons.  Et puis les bisons.

Après le pique nique -où évidemment Charlotte n’a rien mangé- les trois plus ou moins grands enfants arpentent la partie pédestre du parc. Charlotte s’émerveille, de ses grands yeux humides, elle croise le regard du loup, puis celui du guépard. La petite fille reste longuement face aux singes. Elle pose mille questions à Monsieur et Mademoiselle. A bout de leurs possibilités de répondre, ils finissent par réclamer l’aide d’un soigneur qui s’amuse de l’empressement de Charlotte.

« Et les singes, pourquoi ils mangent pas des vraies cacahuètes? Et le lion, pourquoi il n’a pas de crinière? Et le tigre, pourquoi il sent pas bon? ET pouquoi je peux pas leur donner mon gouter »

Dans la voiture, sur la route du retour, ses sandalettes couvertes de poussières, Charlotte s’endort en tétant son doudou. Les yeux à demi clos, elle regarde défiler le paysage. Monsieur et Mademoiselle discutent à voix basse, pour la laisser s’endormir.

« Tata…

« Oui Charlotte

« Ils ont fait quoi comme bêtise les animaux?

« Pourquoi tu dis ça Charlotte

« Pourquoi ils sont en prison?

Mademoiselle regarde Charlotte dans le rétroviseur intérieur. Elle lui explique que les animaux ne sont pas en prison, qu’ils sont là pour les protéger, pour qu’un jour, leurs arrière arrières petits enfants puissent retourner libre dans leur pays.

« Mais pourquoi ils peuvent pas rentrer chez eux maintenant »

« Parce qu’ils n’ont jamais vécu libres. Ils ne savent pas chasser. Ils sont trop habitués à l’homme. Et puis pour certaines espèces, l’homme a détruit leur territoire. Ils n’auraient plus assez d’espace pour vivre« .

Charlotte réfléchit.

Mademoiselle a toujours aimé les zoo. Pourtant, il y a toujours ce sentiment de culpabilité quand son regard croise celui de l’animal derrière ses barreaux.

« Tata, un jour, je serai avocat des animaux »

Mademoiselle sourit. Et c’est un vrai petit bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s