Petit bonheur numéro deux cent trente deux : choisir sa lingerie

Ce petit bonheur là est éminemment  féminin.

Mademoiselle sort de la douche. Une flaque s’étend sur la moquette, pieds nus dans le désastre humide, la serviette nouée au dessus des seins, les mains sur les hanches, elle hésite. Plantée devant le miroir, elle tente de choisir les sous-vêtements du jour.

N’allez pas croire qu’une occasion particulière – une tenue plus blanc que blanc ou une intention inavouable par exemple- la contraigne à rompre le piochage quotidien, la méthode dite du « au hasard et tant pis si elle a un trou à l’élastique ». Non, c’est simplement les vacances. Et Mademoiselle se fait plaisir en choisissant le coordonnée qui ira le mieux avec son bronzage. Quitte à rager ensuite parce qu’il n’est pas assortie avec sa robe d’été toute blanche, qui attend déjà sur le cintre qu’on veuille bien s’en vêtir.

L’ensemble noir d’abord. Les filles ont la capacité quasi innée à clipser entre leur pouce, et de dos en plus, les agrafes parfois si réticentes aux doigts des garçons le soir venu. Un. Deux. Hop, c’est fait. La dentelle noire souligne le décolleté. Les arceaux métallique relève les seins. Le tout rend plutôt bien à en juger le coup d’oeil satisfait de Mademoiselle dans le miroir. Mais la culotte en dentelle noire, celle qui met si bien ses fesses en valeur, elle, elle est au fond du panier à linge sale. Mademoiselle soupire, dégrafe du pouce et de l’index le soutien gorge. Et choisit dans l’étalage de son linge fin sur le lit conjugal, l’ensemble bleu pastel moucheté de mini fleur marron. Cette fois si, Mademoiselle ne tente même pas de le clipser. Un petit accroc sur le devant et le voilà dans le panier du linge à repriser.

Mademoiselle attrape alors l’ensemble blanc. Sur sa peau nacrée, presque couleur sable humide, la dentelle blanche se rêve en écume salée. Ses seins se glissent chacun de leur corbeille, mécaniquement rond et haut sous le mouvement d’épaule. Pas d’accroc pour celui ci. Pas de tâche ou de trou. Mademoiselle se tourne et se retourne devant le miroir, cherchant la faille. Et puisqu’elle n’en voit pas, c’est un vrai petit bonheur.

Publicités

Une réflexion sur “Petit bonheur numéro deux cent trente deux : choisir sa lingerie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s