Petit bonheur numéro deux cent vingt huit : écrire ses cartes postales au café

Ce petit bonheur là va peut être devoir faire un brouillon.

Le petit présentoir tourne en tintant légèrement. Des images défilent. Un coucher de soleil. Un voilier à l’horizon. Une petite maison au milieu d’un champs de coquelicots. Un chaton dans un panier. Quelques croquis de bord de mer. Des enfants en maillot au début du siècle. Une marmotte. Un âne en culotte.

Mademoiselle en prend. En repose. Plutôt celle ci. Ou celle là. Monsieur a déjà payé son journal et deux photos façon kaléidoscope des plus beaux paysages du coin. Mademoiselle soupire et finit par trancher. Ce sera ces cinq là.

« Vous pouvez me mettre 5 timbres avec? »

Monsieur patiente, journal grand ouvert, à la table du café.

« Je t’ai pris un grand crème et un croissant. Ca te va? »

Mademoiselle sort un stylo de son sac et commence à gribouiller sur le sachet qui emballe les cartes.

« Tu n’écris pas les tiennes ?

« Déjà pfait » réplique Monsieur en mordant dans son croissant. « T’auras plus qu’à signer« .

Mademoiselle lit les cartes de Monsieur, à la recherche d’inspiration. Peine perdue. Elle signe sous un laconique « Vive les vacances. Beau temps. A bientôt. « .

Comment résumer en une demi carte postale l’essentiel de ces jours de vacances… Comment condenser toutes ses émotions, tous ses souvenirs. Comme une petite fenêtre sur un bout de congés. Comme un petit bout de soleil pour ceux qui sont restés à l’ombre des vacances. Mademoiselle tente quelques lignes, une longue tirade sur le bienfait du dépaysement. Elle raye le brouillon et reprend. Un petit laïus qui se veut comique. Raté aussi.

« Fais comme moi, te casse pas la tête »

« Ca, tu t’es pas cassé la tête. C’est le moins que l’on puisse dire »

Mademoiselle se lance. Elle écrit, mordillant parfois le capuchon du stylo. Et sans rature, finit par mettre un point final à ses dix lignes. Elle tend la carte à Monsieur qui signe machinalement. Il en reste quatre à faire. Quatre chances de raconter encore un peu mieux les vacances. Mademoiselle raye sur son carnet les noms des gens qui auront leur carte. Papa et Maman. Charlotte. La meilleure amie de Mademoiselle. Elle colle les timbres en relisant sa prose. Les écrire c’est déjà un vrai petit bonheur (et les recevoir aussi…)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s