Petit bonheur numéro deux cent sept : choisir un guide de vacances

Ce petit bonheur là va finalement en prendre deux…

Le rayon est largement pourvu. Difficile même de faire un choix. Sur les étalages, les guides sur papier blanc couverture verte, les guides à couverture rouge, les guides sur papier jaune, rivalisent d’arguments. Tous étalent sur leur couverture plusieurs étoiles, plusieurs « avis certifiés », plusieurs « choix des lecteurs » ou « choix des libraires ». Bref, tous sont indispensables pour partir en vacances.

Monsieur a trouvé la destination. 6 livres différents proposent les meilleures adresses pour en faire le tour. Les six posés devant lui, il les tourne, les retourne, les pose, les reprend. Mademoiselle en retire deux. Pas assez de photos.

« Tu n’as pas besoin de photos puisqu’on verra les paysages en vrai »

« Oui mais j’aime mieux voir avant d’aller« .

Comme, de toutes façons, il faut faire un choix, Monsieur laisse Mademoiselle éliminer les deux premiers candidats.

« Celui là, regarde, il est pas mal. Il y a une histoire détaillée pour chaque site. »

« Oui. Mais celui la liste beaucoup de restos. C’est bien aussi ». 

« Et dans celui là, il y a une carte hyper bien faite ».

Les vacances ne commencent que dans 10 jours. D’ici là, et jusqu’à la fin du séjour, le guide sera leur livre de chevet. Etudié, analysé, surligné, griffonné, corné, il sera glissé dans des sacs à dos, des sacs à mains et des sacs de voyages. Oubliés en pleine chaleur sur une plage arrière. Laissé sur une serviette humide à la plage. Taché de sauce tomate au restaurant et cercueil d’un moustique écrasé dans une chambre.

Il doit être petit, mais lisible. Illustré mais rédigé. Pratique mais complet. Il doit parler du lieu sans être trop bavard. Dire l’essentiel sans oublier le détail.

Il n’en reste que deux en course. Les mêmes adresses, à quelques lignes près. Les mêmes sites incontournables, à quelques kilomètres près. Le même prix, à vingt centimes près. Monsieur reste sur son choix. Mademoiselle aussi. Et ce n’est pas le même. Les vacances commencent mal.

« Bon, prend le tien, tant pis. Mais viens pas te plaindre si on passe à côté de truc chouettes.

« Non, prend le tien, ok. Sinon tu vas passer le séjour à me dire « je t’avais dit que l’autre était mieux ». »

« Bon écoute, on prend les deux. Et puis on les revend sur internet après les vacances ».

« On en revend qu’un des deux. Si jamais après on veut revenir en vacances dans le coin…

« On revendra celui qui aura le moins servi

« OK. « 

Les vacances n’ont pas encore commencer. Mais c’est déjà un vrai petit bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s