Petit bonheur numéro deux cent quatre : plier les draps

Ce petit bonheur là s’applique, coin contre coin.

Le soleil a bien fait son office. En deux temps trois mouvements, les longs draps lavande flottant dans l’air brulant ont fini de sécher. Plus une goutte d’eau, plus un coin humide, ne reste que l’odeur du propre et du grand air.

Les voiles quittent le fil. Mademoiselle s’attèle à la corvée du repassage. Entre les murs épais de la maison fraîche, elle sue à grosses gouttes en faisant jouer la vapeur. Le fer glisse et re-glisse, les plis s’effacent dans une buée moite. Puis, du bas des escaliers, Mademoiselle donne de la voix. Monsieur dévale la pente.

L’exercice est périlleux et demande un peu de coordination. Il s’agit de ne pas se louper, pour ne pas avoir à repasser le fer sur les draps désormais chiffonnés. Chacun saisit deux angles. On rabat. Le balais commence autour du linge tendu. Un coin sur un autre, un côté lissé sur un côté lissé. Les mains s’appliquent à tourner dans le même sens. On s’éloigne, on se rapproche. On agite, on tire, on retient sa force. On hésite. En 3? En 4? En deux d’abord. Puis encore en deux. La main lisse le revers une dernière fois. Le linge rejoint le panier à draps, jusqu’à la prochaine fois. Et c’est un vrai petit bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s