Petit bonheur numéro cent soixante treize : faire une sieste

Ce petit bonheur là jure sur l’honneur qu’elle n’était pas crapuleuse…

Il fait tiède, presque chaud. En tout cas, il fait bon. Sous le chêne, on termine le déjeuner, les pieds dans l’herbe, le nez au vent, les cheveux calés sous le chapeau et les lunettes visées sur les yeux. En prenant le café, Mademoiselle s’étire. Elle hésite entre la sieste dans la chambre, au frais derrière les volets, ou bien la sieste sur le plaid, sous le pin, à côté des iris. Le petit vent chaud la décide. Ce sera à l’ombre du pin.

Monsieur est allé chercher la grande couverture, celle qui ne sert que pour pique-niquer. Il l’a déposée bien à plat, retirant les branches et les pierres. Puis, il a apporté un plateau avec la crème solaire, le livre de Mademoiselle et une grande bouteille d’eau citronnée. Monsieur est un chevalier servant, Mademoiselle une princesse chanceuse.

Allongée sur la couverture, le nez dans les nuages, Mademoiselle regarde une hirondelle danser. Puis, abandonnant sa rêverie, elle se cale sur le ventre, les coudes pliés sous les côtes, et reprend sa lecture là où elle l’avait laissée la veille au soir. Le capitaine se lançait dans la traite négrière  et Double-Bouche était passé maitre coq *.

Mademoiselle est au milieu de l’Atlantique. Elle sent la houle bercer sa lecture. En fond de cale, les hommes meurent. Mademoiselle se demande si ces gens ont compris ce qui leur arrivait. Le capitaine débarque sur les côtes d’Amérique centrale. Mademoiselle le suit, se frayant un chemin dans la jungle. Elle entend les colibris, elle sent l’odeur puissante de la forêt, du bois humide et gonflé, du sable qui colle aux chausses. Elle sent le froid du sabre qui cogne contre la cuisse, et l’odeur de la poudre qu’on décharge du bateau pour faire sauter le rocher.

Le vent se lève doucement. L’ombre du pin s’incline, les branches frappent légèrement les unes contre les autres. Mademoiselle croit entendre les rames du canot. L’herbe longue lui semble être la mer verte des Caraïbes. Ses yeux se ferment derrière les lunettes. Sa tête penche de plus en plus. Elle s’endort, le pouce coincé dans le livre ouvert. Et c’est un vrai petit bonheur.

* Le capitaine Pamphile, Alexandre Dumas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s