Petit bonheur numéro cent soixante et onze : jouer aux devinettes en faisant la vaisselle

Ce petit bonheur là cherche encore ce qui est  jaune ou violet, qui n’a pas de queue mais des yeux… *

Il n’y a pas de lave vaisselle chez Monsieur et Mademoiselle.

« Quand on est deux à table au quotidien, il y en a un qui fait la cuisine, l’autre met la table. Un qui fait la vaisselle et l’autre qui essuie. Et le lendemain on inverse » à trancher Monsieur le jour de l’emménagement.

La vaisselle étant en général une corvée des plus salissante -si, si, Monsieur est un adapte des batailles d’eau et Mademoiselle la reine du trempage de manche dans l’eau sale- ils ont inventé ensemble un rituel pour s’encourager.

A peine le repas terminé, ils débarrassent ensemble. Ce jour là, Monsieur est à l’éponge et Mademoiselle au torchon. Monsieur commence alors par lancer le défi. Il annonce avoir trouver l’objet de la devinette qu’il va poser à Mademoiselle. Au regard des antécédents quelque peu tricheurs de Monsieur, Mademoiselle l’oblige à noter la réponse au feutre pour ardoise sur le frigo, puis à cacher le tout avec un petit papier laissé là exprès.

Ensuite, Mademoiselle demande la catégorie de la devinette. Personnage célèbre, héros fictif, objet, métier… Monsieur annonce. Personnage célèbre. A ce moment là, Mademoiselle estime en combien de question elle pense pouvoir deviner. Si elle tombe juste, Monsieur reste de corvée de vaisselle le lendemain. Si elle a besoin de moins de questions que prévu, elle a même le droit en plus à un carré de chocolat. Si elle ne trouve pas au bout du nombre de questions fixées, elle prend le tour de vaisselle le lendemain.

« En 6. »

Monsieur jubile.

« Question une : ce personnage célèbre est il toujours en vie »

« Non ».

« Question deux : ce personnage est il un écrivain »

« Oui »

« Question trois : ce personnage célèbre est il né entre 1600 et 1900 »

Monsieur répond sans une seconde d’hésitation. « Non. Tu es à mi chemin du nombre de questions... »

Mademoiselle se creuse la tête. Avant 1600 ou après 1900. Après c’est compliqué. Quoi qu’il a pu mourir jeune. Ou bien Monsieur a tapé dans le contemporain ou bien il est parti vers le Moyen Age et l’Antiquité. Tout dépend de la nature de l’oeuvre. Si c’est littéraire, il y a peu de chance pour que Monsieur ait choisi un artiste médiéval et encore moins de chance pour qu’il est pris un écrivain antique. Et en même temps, à la façon si assurée qu’il a répondu à la question, c’est forcément qu’il connait très bien le personnage ou bien qu’il est évident qu’il est né avant 1600…

Mademoiselle en était là de ses réflexions quand elle décide de se lancer :

« Question quatre : les romans de ton personnage ont il été adapté au cinéma?

« Euh… Oui, on peut dire ».

Là, Mademoiselle se dit que la question n’était pas judicieuse… Monsieur est très très tatillon en ce qui concerne l’adaptation cinématographique et si le film ne correspond pas absolument à l’idée qu’il s’était fait du roman, il refuse de parler d’adaptation…Ou bien l’oeuvre n’a fait qu’inspirer le cinéma. Bref, une question pour rien.

« Question cinq : est il de nationalité française »

« Oui. Plus qu’une… »

Mademoiselle sourit. Monsieur a un héros français né après guerre qui correspond : Boris Vian. Mais Mademoiselle repense à l’activité du couple, juste avant diner. Ils avaient rangé dans la bibliothèque une caisse de romans qui trainait dans un coin du bureau. Et Monsieur avait feuilleter l’air de rien un vieux volume de Chrétien de Troyes. Alors, Vian ou Chrétien… Mademoiselle hésite… Il ne reste qu’une question. Tant pis pour le chocolat, il faut être sur de soi. Pas d’erreur possible… Soudain, elle sait :

 » Dernière question : as tu déjà lu un de ses livres? »

« Non. Alors? Je te passe l’éponge… T’a pas pu trouver »

« Chrétien de Troyes« .

Monsieur est estomaqué. Mademoiselle vérifie en soulevant la feuille sur le réfrigérateur. C’est bien Chrétien de Troyes.

« Faudra trouver plus difficile pour demain mon Amour… » Monsieur boude, il se demande encore comment elle a pu deviner. Mademoiselle jubile à son tour.

La vaisselle, c’est chaque soir un vrai petit bonheur.

 

 

* une pomme de terre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s