Petit bonheur numéro cent cinquante huit : sentir le soir tomber

Ce petit bonheur là profite du dernier soleil sur la terrasse.

Dans l’herbe fraichement coupée, les pieds de Mademoiselle jouent avec les pâquerettes du bout des orteils. Dans le buisson de lilas, un merle termine d’appeler sa compagne. Les hirondelles balaient le ciel et nettoient l’air des moucherons. Dans le champs, entre les coquelicots et les marguerites, les grillons et les cigales s’en donnent à coeur joie. Et dans la mare, le chef d’orchestre grenouille organise un récital à mille voix.

Un petit vent, tout doux, caresse les cheveux détachés de Mademoiselle. Monsieur est bien calé au fond du fauteuil de jardin, un verre de punch à la main. Mademoiselle plonge la main dans le petit pot d’amandes et de noisettes. Témoins de la météo du jour, une bouteille de lotion solaire et une paire de lunette teintée paressent sur la table.

Le jour baisse, doucement. Il fait encore bon. Monsieur et Mademoiselle se taisent, regardant en silence le jour décliner. Petit à petit, le vent tout doux se fait frais. Mademoiselle attrape sa veste, sur le dossier de la chaise. Monsieur déroule les manches qu’il avait remonté jusqu’aux coudes. Les glaçons teintent encore dans les verres. Le ciel perd de son bleu, conquis par un rose pâle. Sur sa nuque qui frémit, Mademoiselle sent l’air de plus en plus humide frôler sa peau dénudée. Dans le ciel rose, une lune apparait derrière le grand chêne. Le soir tombe. Et c’est un vrai petit bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s