Petit bonheur numéro cent cinquante cinq : mettre les sous titres néerlandais

Ce petit bonheur là spreekt vloeiend Nederlands.

Il y a dans l’étagère aux DVD la série complète des aventures de six copains qui vivaient à New York et qui passaient leur temps dans un certain café dont le serveur, Gunther, avait une couleur de cheveux un peu expérimentale. Les six copains de l’époque s’appelaient Rachel, Phoebe, Monica, Ross, Joey et Chandler.

Mademoiselle connait les 10 saisons par coeur. Elle les a vu d’abord en français. Puis, en anglais sous-titrés français et enfin en anglais sous titrés anglais. Elle a appris des répliques presque par coeur à une époque, quand elle révisait ses partiels avec un oeil sur Roland Garros et l’autre sur la demande en mariage de Chandler à Monica. Elle a pleuré quand Rachel a découvert qu’elle était enceinte ou quand Joey a quitté l’appartement qu’il partageait avec Chandler. Elle a presque fait pipi de rire quand Joey s’est retrouvé enfermé dans le placard ou quand Ross et lui jouaient aux Indiens dans un fort en carton. Elle s’est demandé, comme toutes les filles, lequel des trois elle aurait choisi si elle avait été dans la bande. Et elle a pensé que ce serait sans doute Chandler. Si elle avait été une des filles d’ailleurs, elle aurait sûrement été Monica.

De temps en temps, quand Mademoiselle a le blues, elle reprend ses DVD. Une saison au hasard. Le jeu consiste à mettre un des épisodes à l’aveugle puis, dans le menu, à choisir les sous titres néerlandais.

Elle connait tellement sur le bout des doigts les dialogues, qu’elle est capable, même en néerlandais, de les réciter. En l’occurrence, dans cet épisode, les garçons découvrent que la soeur jumelle de Phoebe fait des films porno…

« Phoebe heeft een tweelingzus die porno maakt ! »

« Ik wil niet om het te zien »

Le lire dans la langue de… -de qui déjà? … de Rubens? de Van Gogh? de Spinoza? – c’est déjà rigolo. Mais les entendre, c’est encore plus drôle. Mademoiselle écoute ces répliques et les répète, amusée. Jusqu’à ce que lassée, elle mette la piste en russes. Là, c’est nettement plus difficile.

On passe alors à l’espagnol. Mademoiselle tente de reconnaitre des mots. On dirait une telenovela. A part l’image, qui lui est familière, les voix et les dialogues lui sont soudain complètement étrangers.

En allemand, des réminiscences de ses cours de collège lui reviennent. Ross a l’air encore plus sévère. La langue -ou l’idée qu’on s’en fait- influe sur la perception de l’action. Mademoiselle vérifie la pochette du DVD. Elle voudrait passer les sous titres en latin. Ca n’existe pas et elle peste… Va pour le cyrillique alors. Rachel, polyglotte, raconte sa vie à la terre entière. Monica change de voix, de ton. Les blagues de Chandler ne font pas rire qu’elle que soit la langue. Mais la demande en mariage émeut aussi bien en russe qu’en albanais. Et c’est un vrai petit bonheur.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s