Petit bonheur numéro cent quarante et un : échanger quelques mots en anglais

Ce petit bonheur là speak very well english.

En route pour quelques courses, au coeur de son village, Mademoiselle en approche de la terrasse du café, est interpellée par un « Excuse me Miss ».

Etonnée de croiser des non autochtones dans un bourg qui n’a plus vu « d’étrangers » (comprenez de non né ici) depuis la guerre de cent ans, Mademoiselle se retourne. De l’autre côté du trottoir, les deux Mamies qui discutaient appuyée à la cloture lèvent elles aussi le nez. Les boulistes abandonnent le cochonnet.

La voix insiste « Excuse me… »

Mademoiselle revient sur ses pas : un couple carte IGN en main, short de randonnée et appareil photos en bandoulière lui fait signe.  » We are looking for St Eustache church« . Les boulistes se sont approchés pour aider aussi. Ils se regardent, perplexe. Mademoiselle a bien des notions d’anglais, mais elle ne les a plus sorties de sa besace depuis le bac. Et le bac, ça commence à faire un bout de temps qu’il est passé…

« Euh… Yes… Euh… It’s holidays? You are by… -comment dit on à pied? – by feet? »

Les deux vacanciers la regardent, sans trop comprendre. « You are walking? Or you have a car? » « no car »

« Ils veulent aller où ? » demande l’un des boulistes

« Church c’est quoi? c’est pas une chambre? Ils cherchent une chambre? »  »

« Non, dit Mademoiselle, ils cherchent l’église St Eustache« .

Aussitôt, les 5 ou 6 passants pointent du doigt la même direction, chacun avec son itinéraire. L’un passe par le cimetière. L’autre par la fontaine. Mais non, par la fontaine, ils pourraient se tromper. Et puis tu sais dire fontaine toi? Plutôt par la rue principale et ensuite deuxième à droite, et à l’école, ils traversent la rue et c’est la place de l’église. Il faut juste faire le tour derrière les ormes.

Mademoiselle se lance dans l’explication :  » So, you can take this street. After, it’s the second on your right. And then, you have the school. When you are in front of the school, you cross the street and this is it. »

S’en suivent deux petites minutes de discussion : le temps qu’il fait, l’histoire du village. L’accent est à couper au couteau. L’anglais est plus qu’approximatif. Mais le couple a l’air de comprendre et prend la bonne direction en remerciant : « Thank you so much. Have a good day« .

Le couple s’éloigne. Et les boulistes, et les passants, posent des questions : ils venaient d’où? Ils sont en vacances? C’est rare des Anglais par ici. Ils logent où?

Mademoiselle n’en sait rien. Mais elle répond vaguement aux questions. « En tout cas qu’est ce que vous parlez bien anglais. » Unanimité. Mademoiselle rougit en se disant qu’heureusement que ses profs de collège et de lycée n’ont pas été témoins de la scène. Mais elle repart fièrement, en tentant de refaire des phrases en anglais. Et c’est un vrai petit bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s