Petit bonheur numéro cent trente cinq : glisser un courrier dans la boîte jaune

Ce petit bonheur là va voyager à travers la France.

Mademoiselle a parfois des idées saugrenues. Des réflexions d’enfants un peu étranges. Souvent, Mademoiselle fait son courrier. Elle raconte ses déboires, elle félicite, elle envoie un colis, une surprise. Elle choisit son plue beau papier, l’arbore d’un joli dessin, une petite silhouette, un petit mot en couleur. Elle écrit à la plume et prend une enveloppe vert pomme ou jaune citron.

Rien que l’écrire, c’est déjà un bonheur. Mais Mademoiselle n’arrête pas là son petit plaisir. Non, ce qu’elle aime par dessus tout, c’est chercher la petite boite jaune, celle avec l’horaire de levée. 10h30 du lundi au vendredi, 11h30 le samedi.

Mademoiselle va toujours à la même boîte de la Poste, celle tout près de l’église. Une boite dont le jaune s’écaille un peu. Elle en a vu passer des courriers celle-là. Des centaines chaque année sans doute. A chaque fois, Mademoiselle se demande si la boîte sera encore là la prochaine fois. Avec la peinture, c’est aussi les habitués qui s’en vont. Il ne reste qu’une poignée de riverains pour poster là le courrier. Des retraites qui vivent dans la rue et qui se font apporter les timbres par la factrice. Mademoiselle se dit que si la boîte se nourrissait de lettres, elle serait au régime sec.

Devant les deux fentes, Mademoiselle hésite. Pour son département, c’est à droite. Pour ailleurs, plus loin, c’est à gauche. Mademoiselle relit plusieurs fois le code postal. Elle sait bien que c’est ailleurs, plus loin, mais elle veut être certaine. Ne pas faire d’erreur. L’enveloppe pincée entre le pouce et l’index, la main s’approche de la fente de gauche. Mademoiselle devrait lâcher, juste là, maintenant, le petit bout de papier bien plié, l’enveloppe timbrée, bientôt oblitérée. Mademoiselle se demande à quoi ça ressemble l’intérieur de la boîte quand on est une enveloppe prête pour un grand voyage. Est ce que c’est sombre, à peine éclairée par la lumière qui passe dans la fente? Est ce qu’elle a déjà des copines avec qui papoter, des courriers qui vont sympathiser avant de prendre la route, ensemble dans un grand sac, puis dans plein de voitures, de trains, d’avions? Est ce qu’elles se sentent serrées, est ce qu’elles vont faire comme nous quand on est tous entassés dans une rame de métro? Mademoiselle glisse un dernier « bon voyage » et laisse le courrier faire sa vie. Dans 2 heures, le facteur viendra. Il ouvrira la boîte jaune, il mettra les lettres dans un sac, et il ira à la prochaine boîte. Puis il partira vers le bureau, où il triera les courriers. Ensuite, la lettre ira faire son grand voyage initiatique, le voyage de sa vie. Et demain matin, elle sera dans une autre boîte, très loin. Une boîte avec le nom d’un ami dessus. Et c’est un vrai petit bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s