Petit bonheur numéro cent vingt : ranger son armoire

Ce petit bonheur là a enfin retrouvé le pull corail-trop-joli perdu depuis deux étés.

Les armoires débordent. Les étagères, les cintres, les boites à culottes et les boites à chaussettes, tout est tellement serré qu’aucune mite, aucun insectes ne pourrait se frayer un chemin. Alors, bien sûr, quand Mademoiselle en fait la remarque, Monsieur dit que c’est pas plus mal qu’il n’y ait ni mite ni insectes dans l’armoire. Mais c’est vrai qu’à bien y regarder, l’achat de la blouse bleue hier était-elle bien indispensable…

Ce n’est pas la réponse qu’espérait Mademoiselle. Elle souffle en jetant ses mèches de cheveux en arrière. « Puisque c’est ça, ne tergiversons pas »

Ni une ni deux, les t-shirts, les pantalons, les leggings, les collants, se retrouvent en vrac sur le lit.

« Le changement c’est maintenant ?  » rigole Monsieur.

En moins de 10 minutes, l’armoire a perdu tous ses habitants, à manches courtes ou à manches longues, à col en V ou à col roulé, à taille basse ou à taille haute.
Mademoiselle fait de tas.

« C’est quoi l’idée?  » « A gauche, ce qui me va. A droite, ce qui ne me va pas. Et.. au milieu, ce qui est en attente… »

Le tas de gauche monte, monte. Une culotte trouée file dans le tas de droite. Seule. Elle est rejointe par un t-shirt qui doit dater de ses quinze ans. T-shirt qui, après une courte hésitation, repasse à gauche. Et au milieu, trois pantalons, une jupe en jean trop petite mais trop mignonne, deux pulls troués mais qu’elle aime bien quand même, et un vieux jean-mais-si-pour-quand-on-jardine.

Monsieur apporte un carton : « tiens, le cercueil de ta culotte« .

Mademoiselle râle des plaisanterie de Monsieur.

Finalement, le grand tri est fini. La pile de gauche est presque plus haute que Mademoiselle. La pile du milieu penche dangereusement. La pile de droite… peut on parler de pile… une petite culotte trouée, seule, attend de finir au recyclage.

Mademoiselle s’assit en tailleur devant les tas. Elle replie les pulls, les jupes et les pantalons de la pile de gauche. Repose sur cintres, range dans les étagères. Puis, elle reprend le tas du milieu. La culotte est bientôt rejointe par un t-shirt déchiré, et deux vieux collants filés. Tout le reste, en sursis, retrouve la quiétude dans la penderie, entre les sachets de vanille. Monsieur pose délicatement la culotte, les collants et le t-shirt dans la petite caisse en carton. Mademoiselle lui dit de faire vite, avant qu’elle regrette.

« Demain, ils iront au recyclage. Ca ferra une jolie feuille papier et dessus, je t’écrirai des mots d’amour »

« Comment tu seras que c’est justement cette feuille qui aura été faite avec mes collants, ma culotte et mon t-shirt? »

« Parce que la feuille, elle aura ton odeur. »

Mademoiselle rigole. Et c’est un vrai petit bonheur.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s