Petit bonheur numéro cent seize : mettre du lait pour bébé

Ce petit bonheur là sent l’amande douce.

Mademoiselle n’est pas du genre à se tartiner de trucs bizarres. Pas de crème anti-âge, pas de crème anti-ride, pas de crème de jour ni même de crème de nuit. Rien du tout.

« J’ai la flemme de me mettre des trucs sur le visage, explique t-elle à ses copines. Le soir je suis tellement crevée, c’est déjà un miracle que je me brosse les dents. Et puis franchement, si on mange bio c’est pas pour se mettre sur la peau les cochonneries qu’on n’avale pas« .

Oui, Mademoiselle est bobo.

« Mais, a dit sa meilleure copine, il y a des produits bio... »

« Ca coûte un bras. Et mes bras j’y tiens« .

« Essaie les produits pour bébé. C’est pas toxique, c’est sans paraben« .

Ca c’est une idée.

Mademoiselle n’y pensait plus vraiment. ca lui est revenu au rayon dentifrice. Elle jette un coup d’oeil à l’alignement des produits bébés. Des laits nature et des laits amande douce. Elle lit attentivement la composition. Pas de paraben. Et c’est vrai que c’est moins cher que le bio. Elle ouvre les flacons, les renifle -en se disant bien que ça doit donner un tableau un peu ridicule pour les vigiles qui surveillent sur les caméras de surveillance. Alors, lait nature ou lait d’amande ? Lait d’amande. Et hop, dans le chariot.

Le soir, Mademoiselle en est au brossage des dents quand Monsieur passe la tête dans l’entrebâillement de la porte de la salle de bain :  » tu viens  te coucher? »

« Tu me laisses la salle de bain 3 minutes d’accord? Et puis j’arrive. »

Mademoiselle retire son pull et dégrafe son soutien gorge. Elle met un peu de lait sur un coton et commence par le passer sur son visage. Puis son cou. Ca sent le bébé, ça sent le lait bouilli, le bavoir et les plis de la peau moite. Ca sent les jeux dans le parc, la poussette et le doudou. Mademoiselle sourit. Elle met un peu de lait dans le creux de ses mains et s’occupe d’hydrater son décolleté. L’odeur profonde la berce, elle sent sa peau briller sous le lait glissant. Le reste au creux de sa main ira sur ses coudes râpeux, puis elle frotte ses mains l’une contre l’autre, enfile un pyjama et éteint la lumière. Demain, elle recommencera, pour sentir encore l’odeur, pour se sentiment de s’être occupée d’elle, de s’être fait du bien. Et c’est un vrai petit bonheur.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s