Petit bonheur numéro centre treize : conduire seul(e)

Ce petit bonheur là peu choisir tranquillement et l’itinéraire et la station de radio.

Aujourd’hui,  Mademoiselle doit aller voir un client loin. Loin, c’est 2h de route. Certes, ce n’est pas le bout du monde, mais c’est déjà pas mal…

Le matin, Mademoiselle a étudié l’itinéraire. Autoroute ou pas autoroute ? Autoroute à l’aller, il faudrait pas être en retard. Pas autoroute au retour, les chemins de traverse, l’école buissonnière avant de retrouver la maison.

A midi, Mademoiselle a glisser une bouteille d’eau dans la boite à gant et un paquet de bonbons à la réglisse dans la portière.

A 15h, au moment de partir, Mademoiselle a réglé le GPS, glissé la carte bleue pour le péage dans le pare-soleil et attaché sa ceinture. C’est parti. Concentré sur son dossier à l’allée, elle avale les kilomètres sans s’en rendre compte, trifouillant de temps en temps l’autoradio pour passer d’une station à l’autre en slalomant entre les pubs. Un oeil sur le numéro des sorties de l’autoroute, un autre sur le GPS, elle désactive la voix métallique qui lui donne des ordres. Et chantonne en s’interrompant de temps en temps pour répéter ce qu’il faudra dire au client.

A l’heure dite, Mademoiselle fait un beau créneau digne de celui d’un instructeur d’auto-école juste devant les vitres de la société du client en question.

Au retour, Mademoiselle se laisse choir, ravie, dans le siège conducteur. Elle démarre, allume les phares et prends un bonbon. C’est parti pour 2h20 rien qu’à elle, par les petits chemins. Elle glisse un CD dans l’autoradio et pousse le volume à fond. 40 minutes à s’époumoner, jusqu’à ce qu’elle en perde un peu sa voix et toussote exténuée. Un peu d’eau. Elle passe aux infos. La journaliste enchaîne les histoires pas drôles et les commentaires des uns et des autres. Mademoiselle écoute, hoche la tête, commente elle même à voix haute. Elle rigole quand l’invité se contredit tout seul et s’amuse du reportage insolite dans un coin de France. Dehors, le soir commence à tomber. Mademoiselle balaie la route avec ses phares, un peu trop vite souvent, freinant à l’approche des radars.

Elle trafique le bouton de la radio. Finies les infos. Place à la musique. Elle joue à se faire un blind test en passant d’une station à l’autre. Et revient aux infos.

Dehors, les panneaux touristiques annoncent un château, une grotte. Puis un restaurant, un village avec un nom bizarre. Et puis un bouquet de fleurs dans un virage. Mademoiselle ralentit.

Dans la voiture, l’heure s’affiche en orange, à côté du kilométrage. L’aiguille des vitesse est stable. Elle s’imagine aux commandes d’un avion, joue au pilote. Sa voiture, c’est son royaume. Elle est presque propre, elle est presque vieille. « Comme moi » rigole t-elle.

Dans le coffre, les sacs pour faire les courses, sur la plage arrière, l’atlas des routes de France et un vieux parapluie. Dans les cachettes secrètes, des mouchoirs, des bonbons, des CDs et même des vieux numéros de féminins, au cas où il y aurait des bouchons. Ou une panne.

Mademoiselle conduit son carrosse, elle est d’Artagnan filant en Angleterre, elle est Dantes en route pour Paris, elle est Mario au volant de son camion sur les pistes du Guatemala, elle est Satanas en tête de l’escadrille infernale.

Les titres défilent aussi vite que les kilomètres. Et c’est un vrai petit bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s