Petit bonheur numéro cent douze : préparer une playlist

Ce petit bonheur là bouge en rythme, le doigt sur la souris.

Mademoiselle a décidé de faire du tri. Il y a des centaines de titres dans l’ordinateur de la maison, des dossiers en pagaille, des chansons même pas renommées et des cases « Interprète » qui ne sont même pas remplies.

Mademoiselle s’agace en cherchant un vieux titre de Renaud.

« C’est pas possible d’être bordélique à ce point »

Elle s’en veut d’avoir copié ses vieux CD sans soin, maintenant, elle passe une heure à réécouter toutes les intros pour entendre les deux premières notes de Dans ton sac.

Et comme souvent, quand Mademoiselle s’agace, ça finit en grand rangement.

D’abord tout renommer. Titres, interprète, album. Elle pousse le souci du détail à charger les pochettes des albums « parce que c’est plus joli« .

Ensuite, créer des playlist. La première, pour le bain.

« Comment je pourrais l’appeler… Tiens, Bulle« .

Du classique, la BO du film le Concert, du violon. Rien qui se chante, juste de la musique, juste des mélodies. 45 minutes de pure orchestre.

La deuxième ce sera pour le sport. Il en faut au moins deux. La première pour les jours de flemme : 30 minutes. Là, il faut du Shakira, du Black Eyes Peas. La seconde fait 59 minutes. On commence avec Oldelaf, puis encore Shakira, puis Mika. Ca s’enchaine, ça fait bouger les hanches. D’ailleurs, rien qu’en faisant glisser les morceaux dans la liste, Mademoiselle a l’index qui se dandine en rythme sur la souris. On finit avec deux titres plus calme, pour les étirements. Amy Winehouse.

Playlist numéro 3. Jour de pluie. C’est pour quand le moral de Mademoiselle se casse la figure dans les escaliers. Des titres tout doux, des chansons bonbons. Du Souchon, du Cabrel, du Renaud.

Playlist numéro 4. Celle qu’on se passe en amoureux quand on n’écoute plus vraiment la musique. Quand on se concentre sur les yeux bruns qui vous déshabillent. Quand on entend à peine les notes s’égrainer.

A se passer les titres, Mademoiselle commence à se dire qu’elle aurait bien une idée en tête. Monsieur, le journal à hauteur d’yeux, ne fait pas vraiment attention. Mademoiselle débranche le casque de l’ordinateur. Monsieur lève les yeux. La musique joue son rôle. Monsieur abandonne son journal. Et c’est un vrai petit bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s