Petit bonheur numéro cent six : mettre un vieux jean

Ce petit bonheur là est une seconde peau, mais en plus bleue.

Depuis quelques temps, Mademoiselle sent que son corps change. Les séances régulières de course à pied ne doivent pas être étrangères à cela. Certes, petit parcours, à peine 5 km. Mais tous les mardis et tous les jeudis soirs. Alors Monsieur a beau dire « c’est pas vraiment du sport, tu marches plus que tu ne cours« , Mademoiselle s’entête. « Je te dis que je sens que mon corps change. »

Certes,  la balance n’a varié que de trois kilos depuis le début de l’année  -« ce qui est déjà super » ajoute aussitôt Mademoiselle. C’est peut être pas grand chose, mais il n’empêche. Elle veut en avoir le coeur net.

Mademoiselle n’a jamais noté ses mensurations. Impossible de comparer avec quoi que ce soit. Mais il y a un test qui ne trompe pas. Au fond de l’armoire, sous le pull affreux tricoté par une vieille tante et le chapeau de déguisement, Mademoiselle sort son vieux jean. Celui qu’elle portait sur les photos avec les copains, en vacances il y a 5 ans. Elle l’adorait ce jean. Juste bien taillé, juste parfait. La couleur comme il faut. Des poches trop mignonnes. Et il lui faisait de belles fesses. A l’époque, elle faisait 2 kilos de moins qu’aujourd’hui, un 40 bien ajusté. Depuis, ses jeans, comme ses tailleurs d’ailleurs, sont tous en 42. Il doit même y en avoir un en 44 quelque part. Quand elle l’avait acheté, elle avait demandé à la vendeuse, l’air de rien : « Elle pourra l’échanger? C’est pour un cadeau et je suis pas certaine de la taille« . Aujourd’hui, elle se dit que c’était bête. Il lui allait bien se tailleur, et puis c’était pas écrit dessus, la taille.

N’empêche, il ne lui va plus. Trop grand.

Elle hésite avec le jean à la main. Si elle n’entrait pas dedans, elle serait un peu déçue. Et en même temps, il y a peu de chance pour qu’il lui aille.

« S’il me va, je.... » elle cherche une idée de récompense.

« Tu pourras reprendre du dessert dimanche! » rigole Monsieur.

« Tu peux te moquer. Je suis pas sûre que tes affaires d’il y a 5 ans, elle t’aille à toi… » Monsieur grommelle.

Une jambe, ça passe. La deuxième aussi. Reste le plus délicat. Mademoiselle se trémousse, passe les hanches, s’attaque à la taille. Elle rentre son ventre, remonte la fermeture éclaire. Pour le bouton, ça va être plus compliqué. En inspirant bien fort… Et voilà. Le jean lui va.

Bon, certes, elle en déborde un peu. Mais ça ne se joue pas à grand chose. Et avec une tunique, ni vu ni connu. Toute fière d’elle, Mademoiselle se dit que ce soir, elle ira courir encore plus longtemps. Bientôt, il lui ira sans rentrer le ventre. Et c’est un vrai petit bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s