Petit bonheur numéro cinquante-sept : recevoir un colis

Ce petit bonheur là met du baume au coeur.

Mademoiselle n’a pas le moral. Depuis quelques jours, Mademoiselle se traine, de pièce en pièce, de recoin en recoin, son cafard en écharpe et ses idées noires en bonnet. Mademoiselle n’a plus le goût à grand chose et se complait un peu dans la douce consolation d’un chagrin mouillé de larmes, un mouchoir en tissu dans la poche et une tisane brulante entre les mains.

Mais ce matin, entre deux plaintes, Mademoiselle a pris le parti d’aller jusqu’à la boîte aux lettres. Certes, Mademoiselle a encore envie d’être malheureuse, mais elle tient mal la peine à long terme, incapable de se laisser complètement aller. Son coeur plaide la complainte. Sa raison ne tergiverse pas : on ne se laissera pas abattre ainsi. Entre deux eaux, en chemin vers la boîte aux lettres, Mademoiselle laisse le combat se faire en elle, essuyant de temps en temps ses yeux du coin d’un mouchoir brodé.

La clé dans la serrure, un petit clic et la porte s’ouvre. Rien sans doute pour conjurer la peine. Ou presque rien.

Et pourtant, une petite enveloppe verte sur un paquet kraft. A l’attention de Mademoiselle. S’ensuit une adresse, un code postal. Le tout ayant permis au paquet de faire 200 km et de finir sa course juste devant chez Mademoiselle, dans une boîte carrée avec une fente et le nom de Monsieur et Mademoiselle sur un morceau de bristol.

Etonnée, Mademoiselle prend le chemin de la maison. Et puis, sur la table du salon, une paire de ciseau à la main, dénoue la ficelle et tranche le carton. Dans l’enveloppe verte, un petit mot, d’une fine écriture bleue : « J’ai su que tu n’avais pas le moral. Il parait que le magnésium aide dans ces moments là« . Et un autographe apposé en bas du papier à lettre signe le cadeau. Une meilleure amie, une soeur, quelque part. Il n’y a qu’une meilleure amie pour penser à cela.

Reste le paquet. La boite s’entrouvre. Une quinzaine de chocolats, parfaitement alignés. Mademoiselle sourit, les larmes aux yeux. Mademoiselle en laisse fondre un sur sa langue. Et Mademoiselle va déjà mieux.

Ce colis là, c’est un vrai petit bonheur.

 

Publicités

Une réflexion sur “Petit bonheur numéro cinquante-sept : recevoir un colis

  1. Coïncidence extraordinaire, j’ai reçu un petit colis aujourd’hui même.
    Pas de chocolats mais des crèmes aux huiles essentielles pour les maux de l’hiver. Choisies et…..attendues avec impatience….Sauf que je n’ai pas de chagrin au bord des yeux mais bon, j’espère qu’il ne va pas s’éterniser. Laisse le passer ! Il faut accueillir les émotions de toute nature mais il ne faut pas les retenir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s