Petit bonheur numéro quarante-sept : avoir perdu 100 grammes

"Ca veut dire que je peux reprendre du dessert?"

« Ca veut dire que je peux reprendre du dessert? »

Ce petit bonheur là est léger, léger…

En fait, il pèse 100g de moins qu’hier.

C’est le rituel du samedi matin. Tous les samedis matins. Sans exception aucune. La pesée.

On sort du lit, cahin caha, en cherchant du regard les chaussons abandonnés la veille au soir sous quelques commodes. Direction la salle de bain. Petit passage d’abord par les toilettes -il ne faudrait pas peser 20g de trop à cause d’un petit pipi- puis un à un, les vêtements jonchent le sol. Le pantalon de pyjama. La veste de pyjama. Le t-shirt de pyjama. Et même l’élastique à cheveux. On ne sait jamais.

Désormais nu(e), on sort la balance de sa cachette secrète : sous le meuble près de l’évier (cachette secrète qui n’en est donc plus une). Puis, on la tire près du radiateur. On n’est quand même qu’en février.

Vient ensuite le moment fatidique. Le numéro parfait de l’équilibriste. Un pied sur la balance. L’autre s’en approche, timidement. Orteil par orteil, il rejoint son comparse. La balance indique 0. Elle n’a pas aimé l’exercice. On recommence. Un pied à gauche de l’écran. Puis l’autre sur l’écran. On cache les chiffres avec le gros orteil et ses deux voisins. Il faut alors être souple des orteils. Car pour découvrir le verdict de la semaine, il ne faut pas lever d’un coup le pied. Oh non! Ce serait trop violent. Non, il faut lever orteil par orteil en commençant par le chiffre des centaines de grammes. 1. Donc on pèse …, 100g. Donc soit on a pris 900 grammes, soit on en a perdu 100 grammes. Petit passage en revue des menus de la semaine. Crêpes. Gâteau au chocolat. Oui mais aussi corde à sauter. Sueur froide.

Pour faire durer le suspens, c’est le gros orteil qui dégage l’écran. La dizaine apparait. 6. Donc on pèse 6.,100g. Logique. Si ça avait été un 5 ou un 7, il y aurait vraiment eu un souci. La pile de la balance sans doute.

Reste donc le plus important, le dernier orteil. Il se lève doucement… et l’écran s’éteint. Trop longtemps sans bouger, le tour est passé.

On reprend mais cette fois sans ménagement. Allez hop, les deux pieds, un à gauche, un à droite. L’écran au milieu. Et… Et… Et…

100 GRAMMES. J’ai perdu 100 grammes. On remonte trois ou quatre fois de suite sur la balance, histoire d’être bien certain du résultat. Non, elle ne varie pas. J’ai perdu 100g. Un monde des possibles s’ouvre à moi : le choix de la robe parait moins difficile, le croissant du samedi est autorisé -je-peux-j’-ai-perdu-100-grammes. Les efforts ont payé. La balance redevient une copine. Jusqu’à la semaine prochaine. Et c’est un vrai petit bonheur.

Publicités

2 réflexions sur “Petit bonheur numéro quarante-sept : avoir perdu 100 grammes

  1. Héhé, même si mon rituel n’est pas du tout le même, j’ai goûté à ce petit bonheur là ce matin moi aussi. Qu’ils étaient bons ces 100 petits grammes ! Ils ne peuvent qu’augurer un excellent week-end ! 🙂

  2. Pingback: Petit bonheur numéro trois cent trente six : resserrer sa ceinture | 365petitsbonheurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s