Petit bonheur numéro trente-cinq : écrire une carte d’anniversaire

Ce petit bonheur là se reçoit une fois par an… et s’écrit autant de fois que l’on a de proches à fêter.

Ma filleule a 10 ans aujourd’hui. Petite fille devient grande. Et cela mérite au moins une jolie carte pour le jour J, en plus bien sur d’un cadeau. Evidemment.

Mais plus que le cadeau, la carte est capitale. Elle s’attend forcément à un cadeau. C’est obligatoire, incontournable.Impossible d’y échapper. Mais la carte reste toujours aléatoire. On n’est jamais certain que quelqu’un y aura pensé, que quelqu’un aura pris la peine de nous écrire. Le coeur bat un peu plus vite devant la boite aux lettres. La carte est un petit suspense. Un petit battement fébrile. Une petite attention qu’on hésite à espérer trop fort.

Il y a d’abord le choix de la carte. C’est une petite fille. Plus si petite d’ailleurs. On oublie le nounours ou les princesses. On oublie aussi les cartes à confettis ou les cartes musicales. Dans le présentoirs, des dizaines de dessins, des dizaines de photos attendent d’être glissés dans des enveloppes, patientent sagement avant de surprendre, un jour, un inconnu à l’autre bout de la France, à l’autre bout du monde.

Ce sera celle-ci, une petite ballerine en pointe qui caresse un joli chat  portant un gâteau. Pas trop de rose, pas trop d’enfantillage, pas trop « d’adulescence ». La vendeuse  demande 2 euros et propose une enveloppe orange ou bien une vert pomme. Ce sera vert pomme.

Vient alors la deuxième étape. Le texte. Comment lui écrire « bon anniversaire » sans répéter les mêmes mots que l’an passé. Que cette journée soit tienne, que tu sois bien gâtée. Comment lui écrire qu’on lui souhaite le meilleure pour cette onzième année qui commence sans avoir l’air de radoter. Les pages de brouillons noircies encombrent la corbeille à papier. Et puis vient l’idée : tiens, et en charade, ce serait rigolo.

Mon premier est « du curé » pour Annie Cordy (mais si, la chanteuse que tu aimes bien et qui chante aussi Chaud Cacao)

Mon deuxième est l’animal représenté par Bourriquet dans Winnie.

Mon troisième est la saison au cours de laquelle tu es née.

Mon quatrième est un animal à grands bois qui vit dans la foret…

Mon tout est un jour très spécial où tout t’es permis (ou presque)…

Et voilà le travail. Quelques dessins de fleurs sur l’enveloppe, quelques petits papillons sur la carte, un timbre (s’il en reste dans le carnet) et on glisse l’enveloppe dans la boite jaune en allant travailler. Levée à 12h. Elle la recevra en temps et en heure.

Demain, la petite fille sera grande. Demain, avant d’aller à l’école, en ouvrant la boite aux lettres, elle trouvera une enveloppe vert pomme avec neuf fleurs. Et rien que d’imaginer sa tête, c’est un vrai petit bonheur…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s