Petit bonheur numéro trente et un : commander un dessert au restaurant

"Si tu n'as pas choisi dans 30 secondes, je te commande des grigouillis sauce caillou!"

« Si tu n’as pas choisi dans 30 secondes, je te commande des grigouillis sauce caillou! »

Ce petit bonheur là prend son temps.

Installés au fond du restaurant, Mademoiselle sur la banquette et Monsieur sur le fauteuil, voilà déjà dix bonnes minutes qu’ils tergiversent.

Par deux fois, le serveur est passé prendre commande. Et par deux fois, il est reparti bredouille.

Il faut dire que la carte est garnie. Et si le choix du plat n’a pas fait débat, celui du dessert est bien plus délicat. Le doigt à la commissure des lèvres, Mademoiselle hésite. La mousse au chocolat « maison » lui ferait bien de l’oeil, mais le chocolat, c’est quand même un peu écoeurant. Et puis celle de Maman est tellement bonne, comment rivaliser? Alors la tarte tatin peut être. Elle est servie avec une boule de glace vanille et un peu de crème fraiche. Trop riche.

« Mais tu as pris un poisson vapeur et ses petits légumes pour justement te lâcher sur le dessert…  » grommelle Monsieur, qui, lui, a choisi depuis bien longtemps. Ce sera le brownie et sa crème anglaise.

 » Me lâcher, me lâcher… ca ne veut pas dire le faire payer à mes hanches. Je peux être gourmande sans être irresponsable. »

« Et bien la salade de fruits alors… Ou le fromage blanc »

« Non, mais ça, ça ne fait pas fête…

« Bon, je ne sais pas, prends la tarte aux pommes… »

« Non, ça je le fais à la maison, c’est pas original »

Monsieur commence à prendre la mouche. Le dessert le nargue dans l’assiette du couple voisin.

Cet instant délicieux où toute la carte est possible. Où les assiettes défilent devant l’imaginaire en attendant de choisir la plus gourmande, la plus délicieuse, la plus tentante. La gourmandise est dans le choix. Plus tard, quand le dessert sera là, on sera un peu déçu(e) déjà. Le meilleur sera passé. Cela a beau être bon, cela a beau être bien présenté, c’est moins bien que ce que l’on s’était mis en tête. Parce que dans l’assiette, c’est déjà presque fini. Chaque petite cuillère rapproche inexorablement de la fin, de l’addition, et du goût un peu sucré qui reste au palais.

Mademoiselle regarde les desserts des autres tables passer. Indécise, elle opte pour le plus raisonnable. Elle choisi le non choix. Ce sera le café gourmand. 5 mignardises. Et autant de bouchées, autant de saveurs différentes. 5 petites surprises à découvrir selon l’humeur du chef. 5 petits bonheurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s