Petit bonheur numéro vingt-six : avoir 5 euros à dépenser

Ce petit bonheur là arrive plus souvent en début qu’en fin de mois.

On marche dans la rue, l’air de rien, sans intention particulière.

Les mains au fond des poches, on triture un vieux bout de papier, sans doute une étiquette. On bien un ancien post it glissé dans la poche un jour et oublié depuis. Au bout de vingt minutes de triturage en règle, de pliage et repliage, il nous vient, Dieu ne sait d’où, l’idée de regarder quand même ce que l’on torture depuis de longues minutes.

5 euros.

Bon, certes, pas en bon état désormais.

Que font ils là? Depuis quand attendent ils? Je ne me souviens pas avoir mis 5 euros un jour dans ma poche… En tout cas, cela doit bien faire plusieurs mois.

Mais alors… Alors…  Tiens, j’ai 5 euros à dépenser. Les faire attendre plus, ce serait se moquer. Et puis il serait bien mieux, ce billet, avec ses congénères, dans une caisse enregistreuse, en attendant de rejoindre l’immense cimetière du dépôt à la banque.

C’est vrai, après tout, c’est sa raison de vivre à ce billet, non? Et puis je ne comptais pas dessus, je ne pensais même pas le trouver là… L’examen de conscience est vite fait. Adjugé. Vendu.

Tout un coup, les yeux trainent un peu plus dans les vitrines. Les mains tripotent davantage tous les trésors des présentoirs. Vais je m’offrir une ceinture? Puisque si je les dépense, ça fera ça de moins dans le budget course. Ou bien une jolie carte. Ou un beau stylo. Ou bien un petit carnet.

Ou alors, je pourrais les manger. Un éclair au café. Une part de flan. Ou deux. Ou ce petit livre là.

Impossible de dire s’ils finiront la journée dans mon portefeuille ou bien dans la caisse du magasin. Ce n’est pas là l’important. Non, j’ai un billet, et avec je peux, si je veux, acheter de la futilité. Du petit plaisir. Du presque rien. Du gadget que je montrerai fièrement en rentrant. Juste pour avoir un petit sac au bras. « Tiens, j’ai fait un achat ».

Ou bien pour acheter un petit cadeau. Une bricole à l’être aimé(e). Une babiole qui lui/la fera sourire ce soir.

5 euros. Un vrai petit trésor dans mon cochon enfant. Et aujourd’hui, c’est le même petit gout de plaisir, d’excitation, la même porte vers les possibles. Le même petit bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s