Petit bonheur numéro vingt-trois : n’avoir rien à faire

Il est 15h00. On est mercredi.

Il est 15h, on est mercredi et je n’ai rien à faire.

Bien sur, en y regardant de plus près, il y aurait bien un peu de linges à ranger, un peu de ménage à faire, un peu de bois à couper, un peu de feu à faire, un peu de cuisine… Parce que l’ennuie, c’est encore meilleur quand il n’est pas légitime. C’est encore bien plus savoureux quand la culpabilité  affleure.

L’écran sur les genoux, le canapé accueillant et la table basse à portée de pieds, on établit la connexion internet.

Bien sûr, s’ennuyer, ça aurait pu être prendre un livre. Ca aurait pu être mettre un DVD. Ca aurait pu être replonger dans mes albums photos. Mais non, aujourd’hui, c’est se connecter à internet. Et pas n’importe quel site. Non. Celui qui s’ouvre automatiquement dès la connexion établie. Celui qui porte presque le nom d’un auteur russe avec un o et un e en plus, pratiquement un anagramme.

Une fois le site ouvert, direction « Maps ».

Et le jeu commence.

Combien de kilomètres entre Lorient et Vladivostok ? Ben oui, on ne sait jamais… 153 heures de voiture. C’est pas tant que cela… Un clic sur la calculatrice. 153 / 24.  Un peu plus de 6 jours. Ah oui en fait… Alors que Lorient/ Le Cap (Afrique du Sud), c’est 184 heures de voiture.

C’est qu’une heure de plus si on part de Strasbourg pour aller au Cap toujours.

Tiens et entre la Floride et son parc Walt Disney et Cuzco, la capitale de l’empereur éponyme dans l’un des dessins animés éponyme (ce second faisant référence à Disney, évidemment…). Et puis entre Titicaca et Fez, au Maroc… Le jeu est puérile. Mais n’est ce pas toute la saveur de l’ennui? Retomber en enfance, dans ces longs mercredis qui s’étirent, toute en paresse.

15h20. Il est temps de passer à autre chose. Le petit bonheur ne peut pas durer plus, au delà, il perd de sa saveur. Au delà, il prend un arrière goût. Ce petit bonheur là a est joli tant qu’il n’est pas subit.

Publicités

Une réflexion sur “Petit bonheur numéro vingt-trois : n’avoir rien à faire

  1. Merci pour ces petits bonheurs quotidiens, tellement vrais et proches de nous. Ces petits textes, à la Delerm, moi, çà me parle !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s