Petit bonheur numéro dix-huit : composer le numéro d’un ami

"et blablabla et blablabla et blablabla..."

« et blablabla et blablabla et blablabla… »

Pour encore mieux apprécier ce petit bonheur là, il faut l’avoir programmé. Il faut s’être dit : « Tiens, ce soir, j’appellerai mon ami(e) XX ou XY ». Il faut l’avoir noté dans son agenda et, à plusieurs reprises dans la journée, être tombé(e) dessus en ajoutant un rendez-vous pour la semaine suivante.

A peine rentré(e) du travail, à peine le journal posé sur la table, le manteau jeté sur le canapé -oui, le même que celui du douzième petit bonheur– on attrape le téléphone. D’une main le combiné, de l’autre l’agenda où l’on a pris soin de noter le numéro, souligné trois fois.

Ca sonne… Petit suspense…

La tonalité cesse d’un coup. Et à l’autre bout de la France, la voix douce et rassurante, la voix chaleureuse de cet ami(e) qui a reconnu le numéro : « Ah! c’est toi! Super, après la semaine que je viens de passer, ça me fait bien plaisir! ».

Et c’est parti pour un papotage en règle. Les nouvelles d’un(e) autre ami(e) qui s’est marié(e) le mois passé, celle d’un collègue mais-si-tu-sais-je t’en-ai-déjà-parlé, nos aventures dans la cuisine, nos aventures au supermarché, nos aventures au restaurant, et « tiens, j’ai été au cinéma », puis « tiens j’ai entendu à la radio » et enfin « tiens, tu sais pas la dernière… »

Et tandis que la bouche s’agite, tandis que les mots fusent, la main griffonne sur l’agenda. Des carrés, des cercles, une silhouette, une fleur, un ballon. Les semaines passées sans se voir défilent aussi vite que les anecdotes qu’on avait promis de partager avec elle/lui. On a beau être loin, on se sent tellement proches.

Et puis la porte d’entrée grince. Monsieur/Mademoiselle est rentré(e). Alors on se dépêche de se dire au revoir, on se promet de se rappeler bien vite. Le combiné retrouve son trône, sur le meuble de l’entrée.

« C’était qui? »

Et rien qu’au sourire qui fend désormais notre visage, la question trouve naturellement sa réponse…

« Ah… t’étais encore avec ton ami(e) ».

Oui, et c’était un vrai petit bonheur…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s