Petit bonheur numéro quatre : chanter sous la douche

"I'm siiiiiingiiiing in the rainnn"

« I’m siiiiiingiiiing in the rainnn »

Il y a ceux qui prennent leur douche le matin et ceux qui préfèrent le contact de l’eau le soir. Ce sont deux philosophie très différentes : dans le premier cas, l’eau réveille d’une nuit qui tente encore de nous retenir. Dans le second, elle lave d’une journée dont on veut se défaire. Mais du soir ou du matin, la douche ne peut se concevoir en silence.

A peine nu(e), la porte de la salle de bain poussée, le rideau de douche glisse sur la tringle. Dans le bac blanc, les orteils frétillent un peu, comme des petits poissons hors de l’eau. Il fait froid. La poignet tourne, l’eau jaillit.

Premier mouvement, reculer. Le temps de régler le thermostat. Les plus prudent(e)s auront pris les devants. Avant d’entrer dans la cabine, ils auront positionné le mitigeur juste à bonne température. Les plus comme moi se ferront surprendre à chaque fois. Le premier juron hurlé, l’eau coule à bonne température. On raccroche alors la poire de douche (ou le pommeau, en tout cas pas la pomme) à bonne hauteur. Là encore c’est un travail de précision : assez haut pour mouiller les cheveux, pas trop pour ne pas avoir à se hisser sur les pointes pour la reprendre.

Vient alors le deuxième mouvement. Il débute souvent alors que le gel douche se creuse une place dans la paume de la main et que l’index et le pouce presse nerveusement sur la bouteille à l’envers… Un petit air qui se fredonne, timidement d’abord. Et puis les frictions sur le corps s’intensifiant, on ose élever le ton. Le bruit de l’eau nous couvre. La bouteille de shampoing devient un micro, et le rideau de la douche celui de l’Olympia. Les chansons s’enchainent, d’un répertoire hésitant, parfois polyglotte. On passe du français au yaourt, parfois quelques accords en espagnol et puis un refrain en anglais. En franglais. En yaourt.

La mousse nous glisse dans les yeux, la chanson a un goût de savon. Qu’importe, les yeux fermés, c’est encore mieux. C’est là qu’arrive le bonheur. Le corps se balance sous l’eau chaude, Claude François et Shakira, Black Eyed Peas et Gainsbourg. Pas Yellow Submarine, réservé exclusivement au bain. Mais Louxor ira très bien. Et je coupe le son. Et je remets le son. Et je coupe le son… Attention…

Le ballon d’eau chaude arrive à saturation. Chanter sous la pluie. La pluie tiède. La pluie froide. Nouveau juron… Le concert est terminé. Les rappels, se sera pour demain.

Et c’est aussi ça le bonheur…

Publicités

Une réflexion sur “Petit bonheur numéro quatre : chanter sous la douche

  1. Pingback: Petit bonheur numéro onze : la fin de la séance de sport | 365petitsbonheurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s